Groundhog Day













C'est l'heure
Et c'est l'heure depuis la dernière fois
Quand je l'ignorais avec application
J'ai assez travaillé à scruter l'obscurité
Cherchant du bout des doigts à clairement identifier
Qui m'hébergeait

Bien-sûr, à cette spéculation sur du sombre
Je m'égarais
Et certains soirs, certains soirs
La peine est estivale
Mais les ténèbres étaient si justes que je croyais

Je n'ai aucune excuse
Hormis une discrète inflammation du faisceau pyramidal
Donc, c'est aujourd'hui ou demain mais tout proche
L'extraction
Dormir si longtemps en creusant des tunnels !

Dehors pour y croire, dehors ! 
Enterrée si longtemps
Se confier enfin à des tas de centrales électriques !
J'abandonne ma carrière d'arquebusier
Pour une perplexe au cœur disséminé c'est assez d'être la flèche

Dehors, dehors !
Je m'éjecte, point.
Sans vrai désespoir
Parce que c'est déjà fait, le jour se lève toujours ailleurs
Il suffit de le savoir.


N.Y Février 2011